8 CAUSES D'ÉCHEC DES RELATIONS SENTIMENTALES


La pratique des Astro-Référentiels de Naissance ainsi que les Guidances spécifiques dans le domaine sentimental mettent en lumière des schémas répétitifs d'échec des relations amoureuses. L'individu finit par être plongé dans un profond désarroi et entame une quête sans fin du "bon partenaire", de la "relation sérieuse et durable" sans penser à se remettre en cause.

Or les relations entre êtres vivants obéissent aux mêmes lois: nous attirons à nous ce que nous émettons en vertu des règles physiques et mathématiques qui régissent l'Univers. Avez-vous déjà remarqué que le comportement d'un cheval, animal sensible et particulièrement proche de l'homme, se modifiait en fonction de l'état psychologique de son cavalier? Si celui-ci est stressé, nerveux, inquiet ou apeuré, l'animal réagira en conséquence et lui fera passer un sale quart d'heure. Si en revanche, il est détendu, confiant et serein, le cheval se montrera coopératif. La relation entre individus est soumise aux mêmes paramètres.


Dans le cadre de mes accompagnements et consultations, je suis souvent confrontée à cette problématique. Il est important de faire comprendre au consultant qu'il n'y a pas de baguette magique. Si les sources d'échec ne sont pas identifiées ni résolues, il sera compliqué de rencontrer "la bonne personne" et a fortiori de construire un lien harmonieux.


Voici les 8 schémas principaux qui alimentent les échecs des relations amoureuses. Ils se déclinent autour de trois axes principaux:


Axe 1: la blessure d'âme n'a pas été guérie: on attire des situations qui mettent en place des scénarios correspondant à cette blessure d'âme et qui la mettent à vif. Une blessure d'âme non guérie engendre la plupart des sources d'échec.

Il existe 5 grandes blessures d'âme mais les plus caractéristiques pour engendrer des échecs des relations sentimentales sont:


  • 1 - la blessure d'abandon: c'est une blessure qui prend racine entre 0 et 3 ans. Elle peut être réelle ou ressentie. La problématique principale qu'elle engendre est le MANQUE: soit on s'accroche à tout prix, soit on part avant de peur d'être quitté.

La peur d'être quitté pousse à abdiquer sa personnalité pour se fondre dans les désirs de l'autre. On nage donc à contre-courant. Donc, si on parvient à ne pas être quitté, c'est à quel prix! On n'est plus soi-même, mais un zombie. On demeure incapable de répondre à ses besoins profonds, on n'y pense même plus. Seul demeure le soulagement de ne pas être quitté...mais on s'est perdu soi-même. C'est la première source d'échec.


Une blessure d'abandon attirera les personnalités de type Pervers Narcissique, à des degrés divers. Comment la guérir? Voici quelques clés:

- être dans la gratitude pour ce que l'on a déjà afin de pallier au ressenti de manque

- travailler sur l'autonomie

- apprendre à donner juste par plaisir, sans rien attendre en retour, et notamment de ne pas être quitté

- savoir écouter ses besoins et y répondre par soi-même

- se libérer des addictions de compensation


PHRASE-CLÉ: "JE SUIS DANS L'ABONDANCE"


  • 2 - la blessure de trahison: elle prend sa source à tout âge, de l'enfance à l'adolescence. Elle peut être provoquée par le sentiment d'avoir été manipulé, la trahison d'un proche ou un esprit de compétition exacerbé. On a du mal à déléguer, à faire confiance et on va vers la suspicion, la jalousie.

Par conséquent, on attire à soi des partenaires qui prêteront le flanc à cette méfiance, à cette jalousie. Ou alors, et c'est encore plus dommageable, on laisse cette blessure prendre le dessus et on arrive à saborder une relation à priori sans problème. C'est la deuxième source d'échec.


La blessure de trahison se manifeste par:

- une tendance à se surestimer pour cacher son manque de confiance en soi

- de l'agressivité, vouloir gagner à tout prix

- la phobie de l'échec

- le besoin de montrer qu'on est unique et spécial

- refuser de reconnaître ses besoins, émotions et points faibles


La blessure de trahison peut provoquer un repli sur soi intime, un défaut de communication: on n'arrive pas à exprimer ses besoins de partage et de soutien, on n'arrive pas à parler de sa vulnérabilité parce qu'on n'arrive pas à l'admettre. Donc, l'individu souffrant de blessure de trahison sera constamment dans le contrôle de lui...et des autres. Cela se traduira par des inquiétudes, puis des propos et des attitudes étouffantes pour l'autre.


Comment guérir de la blessure de trahison? Déjà, en acceptant de reconnaître sa vulnérabilité et d'apprendre à l'exprimer. On peut aussi apprendre à retrouver la confiance à travers un collectif: sport, association, groupe de parole.


PHRASE-CLÉ: "JE FAIS CONFIANCE "


Axe 2 : Vouloir un partenaire pour de mauvaises raisons. J'en ai entendu beaucoup et voici les plus courantes; "je ne veux pas être seule" ou "à deux, c'est quand même plus facile pour payer les factures". Or, ce n'est pas le rôle d'un partenaire d'endosser nos difficultés. Et si jamais il l'accepte, il y aura forcément une contrepartie. Nous nous dépouillons de nos pouvoirs et nous lui confions le soin de régler à notre place ce qui ne fonctionne pas dans notre vie. La contrepartie est importante: on n'a plus de pouvoir et ça va déteindre sur les autres domaines de notre vie, ceux où on pensait garder un peu d'autonomie. Et c'est là que le partenaire va s'arroger le droit de donner son avis puis son autorisation puisqu'on lui a remis les "clés" de notre vie en lui confiant la responsabilité de nous prendre à sa charge, de nous sécuriser, etc...C'est la troisième source d'échec.


Là encore, un travail sur l'autonomie s'avèrera salutaire.


Axe 3 : je ne rencontre personne.


  • Avez-vous réellement envie de rencontrer quelqu'un? Il y a des personnes qui finissent par admettre, après examen de leur mode de vie et de leurs habitudes, qu'elles ne sont finalement pas prêtes pour faire de la place à un partenaire chez elle ou même dans leur intimité. Pourquoi? Parce que ce sont des personnes qui ont pris l'habitude de vivre seule et tiennent à leur indépendance. Elles ont été profondément déçues et ont réussi, avec beaucoup de détermination, à se reconstruire une vie en autonomie. C'est ce qui les a sauvées et elles ne veulent pas la remettre en cause.

Elles continuent de SOUHAITER le partenaire parce qu'elles auraient des choses à partager. Mais dans la pratique, elles ne font rien pour cela. Elles sortent peu, seules ou avec leurs amis et sont heureuses ainsi. Elles protègent leur indépendance qui les maintient en sécurité émotionnelle. La peur d'être de nouveau déçue, trahie est la raison de leur repli. C'est la quatrième source d'échec.

Le remède consiste à accepter de faire confiance et de s'ouvrir. Prendre conscience de sa force intérieure est également un facteur de guérison car ainsi, l'autre n'est plus considéré comme un ennemi potentiel. On peut aussi changer son point de vue sur la nature d'une relation: celle-ci peut être vécue en binôme, pas forcément en intégration totale.


  • Quelle image avez-vous de vous-même? Cette problématique concerne la personne qui n'a pas une bonne image d'elle-même, qui n'est pas à l'aise avec son corps, sa féminité ou masculinité. Elle se construit une CARAPACE afin de cacher son corps et ce la se traduit dans son apparence physique, très "passe-muraille". Ainsi les signaux qu'elle envoie ne sont pas ceux de la disponibilité: ils indiquent la réserve, la distance, le détachement. C'est la cinquième source d'échec.

Ces personnes souffrent de la solitude mais elles en sont à un stade de surprotection tel qu'elles ont perdu la conscience du corps. Le remède consiste à réapprendre à l'apprivoiser. Le sport, la danse, des soins esthétiques ou de bien-être, une séance de relooking, une meilleure hygiène de vie... Également investir sur soi et dans son plaisir.


Les autres sources d'échec des relations sentimentales


  • Le manque de synchronicité entre les partenaires: ils n'ont pas les mêmes attentes au même moment. Il faut donc gérer la frontière entre "je patiente" et "je force le passage". Une trop longue attente risque d'être vaine. Un passage en force peut conduire à l'échec. Dans un tel contexte, il peut être bon de s'interroger sur ce qui a attiré chez le partenaire récalcitrant. N'y a t'il pas eu des signaux indiquant que les attentes respectives n'étaient pas les mêmes? D'un côté, il peut y avoir souhait d'engagement mais de l'autre, attirance pour une personne avec un mode de vie ne permettant ni stabilité ni construction. C'est la sixième source d'échec.

L'analyse des causes d'attirance, des points communs et de ce qui peut souder le couple même à ce stade peut être bénéfique car cela permettra d'évaluer la force des sentiments. Elle sera le seule protection le jour où il faudra crever l'abcès et permettra de gérer une éventuelle rupture afin de permettre à celui qui est un peu en arrière de mûrir et aux synchronicités respectives de s'accorder.

  • Le manque de réalisme: il consiste dans la projection d'un partenaire idéal avec des critères précis, stricts et nombreux. Certes, il est essentiel de choisir quelqu'un qui réponde à nos valeurs fondamentales. Mais le danger est de faire l'amalgame entre valeur fondamentale et valeur accessoire. Des exigences trop pointues sont source d'échec car la demande ne repose pas sur du concret mais sur un IDÉAL.

La Vie envoie alors des partenaires éphémères car la déception s'invite rapidement et pousse à passer au suivant en espérant trouver le "bon". Cette sixième source d'échec vient du fait qu'on est dans le rêve d'enfant et pas dans le désir d'adulte. Or le partenaire pour un enfant n'est pas celui de l'adulte. La désillusion est garantie et rapide.

Un des remèdes pourra être le travail sur la relation à un des parents. Père ou mère absent ou à forte personnalité, l'un ou l'autre alimentent l'imaginaire que porte l'enfant sur l'autre sexe et dont il a du mal à se défaire à l'âge adulte.


  • Refuser de voir une situation en face et s'entêter dans un lien voué à l'échec: on est ici dans le schéma des relations toxiques, triangulaires et des soit-disant Flammes Jumelles. C'est la septième source d'échec des relations amoureuses.

Ici l'échec consiste à rester dans l'attente, à s'accrocher à n'importe quel signe en l'interprétant dans le sens qui arrange. Il y a un véritable DÉNI de la réalité. C'est notamment le profil des personnes qui multiplient les consultations chez les tireuses de cartes pour se faire rassurer sur l'issue d'une situation qui n'évolue pas depuis des années pour certaines. Le remède est simple mais brutal: il s'agit de regarder la situation à travers le filtre des faits bruts et concrets, pas des émotions et autres ressentis, à partir des deux paramètres suivants:

- quelqu'un qui vous aime vraiment fera tout pour être avec vous

- ce qui n'a pas été fait au début ne sera pas à la fin...ou alors vous n'aurez que les miettes


  • Le syndrome de l'Infirmière qui correspond au désir de sauver celui qui est en perdition. Il vient du fait que l'on cherche sa place. On a besoin de justifier la raison de sa venue au monde.

Le syndrome de l'Infirmière concerne plutôt les femmes qui ont été dévalorisées dans leur enfance et ont l'impression d'être de trop. Pour s'en sortir, elles vont se placer en situation d'être celle qui soigne, qui est corvéable et donc, indispensable et utile. Certaines vont jusqu'à prendre sur elles la douleur des autres afin de trouver un sens à leur existence.

Les Infirmières attirent à elles des personnes qui sont elles-mêmes dans une passe difficile. Celles-ci viennent se requinquer...avant de repartir. Elles attirent aussi des personnes qui prennent tout, des victimes d'addictions et de diverses dépendance. Il est évident qu'on ne construit pas sur de telles bases.

Le remède consiste à se demander POURQUOI on veut être Infirmière? Qu'a t'on à prouver?


De telles blessures sont rapidement identifiables avec l'Astro-Référentiel de Naissance. Comprendre la source de ses échecs est le premier pas vers leur résolution.




301 vues

N° SIRET 388 517 807 00045- 

23 rue Henri REGNAULT - 92210 Saint-Cloud

Non assujettie TVA - Article 262 ter du CGI